Discours Sensoriels Croisés 2019

Colloque International
Discours sensoriels croisés : cacao, café, thé, vin, bière et spiritueux – Référentiels, expériences et imaginaires

APPEL A COMMUNICATION

Campus Tech Angers – 4-5 juillet 2019

Co-organisation : Campus Tech, Vinovillage, Beer Tech et Numerina
CoDiRe (EA 4643), PLIDAM (EA 4514), Praxiling (UMR 5267),
Centre Interlangues TIL (EA 4182) et le réseau AGAP

Coordination scientifique : Albin Wagener

 

Résumé

Le colloque international « Discours sensoriels croisés : cacao, café, thé, vin, bière et spiritueux – référentiels, expériences et imaginaires » fait suite au colloque « Discours sensoriels croisés : cacao, café, thé et vin – entre langue(s) et culture(s) » organisé en juillet 2018 à la MSH de l’Université de Bourgogne à Dijon par la MSH Dijon-Université de Bourgogne, le Cimeos (EA 4177) et le Centre Interlangues TIL (EA 4182). Il s’inscrit donc dans une suite, en ajoutant deux nouveaux domaines discursifs riches en descripteurs, à savoir la bière et les spiritueux. L’objectif de ce colloque est d’explorer, de manière multilingue et multiculturelle, les référentiels et les univers symboliques mobilisés au cœur des discours sensoriels, mais également les expériences subjectives, pragmatiques et nécessairement sémiotiques qui s’y retrouvent associées. L’ensemble de ces galaxies sémantiques expérientielles donnent lieu à la mobilisation, la production et la reproduction d’imaginaires qui se retrouvent inscrits au sein de discours qui, en plus de dire l’expérience sensorielle gustative, olfactive et flavoriale (pour ne citer que ces exemples), participent à la création d’univers interdiscursifs qui participent de la manière dont ces discours expérientiels se retrouvent situés sociétalement.

 

Argumentaire

Ce colloque se nourrit explicitement des interactions entre chercheurs et professionnels et s’inscrit dans une perspective de dialogue fructueux entre recherche et expérience, dans un esprit de recherche et développement. Il est également situé de manière claire dans la logique des humanités numériques, telle que portées par Campus Tech et sa chaire de recherche Numerina ou encore par le projet Nexus de l’Université Paul-Valéry Montpellier III : en ce sens, l’expérience sensorielle et les discours qui sont produits en référence à celle-ci sont ici directement liées à la capacité de médiation, de partage, d’usages, de transition ou encore d’acculturation numériques – non pas au sens technique, mais au sens précisément humaniste et sociétalement situé. Du point de vue professionnel, ce colloque se retrouve directement mis en lien avec les problématiques rencontrées par les professionnels des filières concernées, qu’il s’agisse de producteurs et de distributeurs, ou encore d’acteurs publics désireux de valoriser le territoire à travers ces produits. En ce sens, le présent colloque est activement soutenu par Vinovillage, cluster-campus des Pays de la Loire consacré aux vins et spiritueux, et véritable hub permettant la rencontre de professionnels, de chercheurs et de formations situées. Il fait suite à l’organisation, à Dijon, du colloque de juillet 2018 « Discours sensoriels croisés : cacao, café, thé et vin – entre langue(s) et culture(s) » qui, a permis de poursuivre un important travail de mise en réseau de chercheurs internationaux travaillant jusque-là de manière isolée, et notamment par la création du réseau AGAP (Alimentation et gastronomie : analyses et perspectives communicationnelles). En ce sens, il s’agit donc bien d’une poursuite de dynamique, à laquelle participent les organisateurs du présent colloque, et qui invite d’autres acteurs à pouvoir se manifester et rejoindre ce réseau.

Il s’agira de poursuivre, sur ces objets spécifiques, la collaboration naturelle, sur ces questions sensorielles, entre sciences du langage et sciences de l’information et de la communication, mais aussi, compte tenu du contexte de recherche, à créer des liens transdisciplinaires avec les sciences expérimentales, à commencer par les sciences du goût. Compte tenu de la dimension historique, l’apport des chercheurs en histoire du goût et de l’alimentation des aires culturelles concernées sera le bienvenu ; pour la partie marketing de ces produits et de leurs discours, les chercheurs en marketing, en particulier expérientiel, sont invités à participer.

Aux niveaux méthodologique et théorique, les six produits cités sont l’objet de travaux scientifiques relativement irréguliers : si le vin et le café sont relativement nourris en fonction des disciplines et des questions de recherche, il est clair que la bière et le thé, pour ne citer que ces produits, restent moins capés en termes de publication – bien que l’engouement pour la zythologie connaisse un essor certain. L’enjeu du colloque sera donc de croiser, d’interroger un éventuel rôle modélisateur pour certains discours existants, de documenter les transferts analogiques, etc., selon des objectifs de communication, de transmission, d’usage, de diffusion et d’acculturation très divers. Plus spécifiquement, l’objectif du colloque sera bel et bien de mettre l’accent sur les référentiels mobilisés autour des discours sensoriels des six produits cités (à la fois culturels, historiques, symboliques, socio-économiques, etc.), mais également les expériences vécues et l’appel aux différents sens mobilisés pour nourrir les discours sensoriels – y compris les expériences para-produits que constituent par exemple les expériences oenotouristiques ou zythotouristiques, pour ne citer que celles-ci. Il s’agira également, in fine, d’explorer de manière plus approfondie les imaginaires interdiscursifs tissés autour de ces six produits, à savoir leurs implications culturelles, sociales et économiques, mais également artistiques, touristiques et territoriales.

 

Propositions de communication – modalités

Sont attendues des propositions de communication sur ces thématiques indiquant explicitement : la question de recherche et son apport à la problématique générale esquissée ci-dessus, les données/corpus analysés, les cadres méthodologiques et théoriques sous-jacents. Si les études de cas ne sont pas a priori exclues, les auteurs devront clairement montrer leur portée théorique.
Elles comprendront : le titre de la communication, 5 mots-clefs, un argumentaire développé de 800 mots maximum et la liste des références citées. L’identité et l’affiliation du/des auteur(s) n’apparaîtront pas dans le résumé, mais dans le mail d’accompagnement.
Langues : anglais, français
Transmission des propositions : avant le 27 mars 2019 par mail à : albin.wagener@campustech.fr
Le colloque donnera lieu à une publication collective de type « ouvrage avec chapitres » répondant aux critères internationaux de publication.

 

Comité scientifique :

Ieda Maria Alves, Universidade de São Paulo, Brésil
Jean-Jacques Boutaud, Université de Bourgogne, France
Léo Gabillard, VinoVillage / Campus Tech, France
Laurent Gautier, Université de Bourgogne, France
Weiwei Guo, Université Lumière-Lyon 2, France
Eva Lavric, Universität Innsbruck, Autriche
Patrick Leroyer, Université d’Aarhus, Danemark
Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise, France
Olivier Méric, Universidad Estatal Amazónica en Puyo, Ecuador & Université de Bourgogne, France
Anne Parizot, Université de Franche-Comté, France
François Perea, Université Paul-Valéry Montpellier III, France
Kilien Stengel, Université de Tours, France
Peter Stockinger, INALCO, France
Rita Temmerman, Vrije Universiteit Brussel, Belgique
Albin Wagener, Campus Tech / Université de Nantes, France